Xavier Brisoux

Ancien élève de la célèbre Central Saint Martins School of Art and Design de Londres (Galliano, McQueen, McCartney), où il obtient son MA Fashion spécialisation maille en 2005, Xavier Brisoux en sort avec une collection présentant déjà toute la finesse de son style. GET SIAMESE posera les bases de son travail pour chacune de ses collections à venir. Il découvre un langage construit sur la matière et la technique : le fil pour les mots, la maille comme vocabulaire, le thème devenant la trame. Xavier Brisoux lance alors ses collections pour homme sous la marque xavierxbrisoux.

C’est tout naturellement qu’Anne-Valérie Hash lui ouvre les portes de ses ateliers comme stagiaire en 2004. Xavier Brisoux y pratique la symbiose par l’approche, construisant et déconstruisant les tricots, les adaptant aux femmes. Il y fait entrer la maille et rencontre alors les meilleurs fournisseurs italiens. En 2005, il devient responsable de la collection maille chez Anne-Valérie Hash tout en travaillant sans relâche sur ses collections personnelles. En Janvier 2012, après plusieurs années de partenariat, une collection capsule « Anne Valérie Hash with xavierxbrisoux » est présentée pour la pré-collection de l’hiver 2012-2013.

En Juin 2008, Xavier Brisoux est sélectionné pour le Woolmark Prize (présidé par Sonia Rykiel) comme l’un des dix meilleurs créateurs de maille au monde. Sa collection REMINAISSANCE, créée pour l’événement, est exposée au Palais de Tokyo, à Paris.

En Janvier 2010, la marque lance une ligne pour la femme avec la collection ABSENS et une collaboration avec Topshop, Londres, voit le jour en Janvier 2011

En Mai 2011, il se voit invité à participer à la Fashion Week de Saint-Pétersbourg pour y faire défiler sa collection hiver 2011-2012.

En Décembre 2011, il expose à Paris les pièces les plus emblématiques de son travail pour l’exposition SPREZZATURA qui diffuse un soupçon de nonchalance dans le showroom d’Anne-Valérie Hash et scellent trois ans de collaboration, de cohérence et d’évolution avec son photographe Mathieu Drouet.

Sa maille se fait poésie et concept, mêle matière et technique pour structurer l’idée. Souvent, il puise son inspiration dans les contes mythologiques, dont il tire de point en point ses trames textiles. Il s’est déjà inspiré en outre de la théorie de la décohérence quantique du chat de Schrödinger ou de Pénélope, tisseuse-détisseuse et femme d’Ulysse. Cette conscience de la maille lui permet une grande liberté dans sa recherche : pulls détricotables, constructions complexes, déplacement de coutures, recherche de volumes, pulls tricotés d’une seule pièce. Xavier Brisoux fait de la maille ce territoire de tous les possibles, où une apparente nonchalance établit une conception à rebours de la mode.

A la fois souplesse et expression, sa maille enveloppe le corps et montre sa maîtrise technique. Xavier Brisoux utilise le « diminué », une formation du vêtement au moment même du tricotage, avec un travail des fils provenant des meilleurs filateurs italiens. Confectionnées à Monza, en Italie, et à Roanne, en France, dans des usines des plus réputées du secteur, ses pièces sont réalisées à partir de matières nobles telles que le cachemire, des laines et des cotons de la plus haute qualité.

« Les histoires sont des toiles, étroitement liées, fil à fil, et on suit chaque histoire jusqu’au centre, car le centre, c’est la fin. »
Neil Gaiman, Anansi Boys.


Envoyer un message